Asmoro

asmoroJe m’appelle Asmoro, j’ai 26 ans et je viens d’Érythrée. J’habitais dans une petite ville avec ma mère et ma soeur. Mon père est mort à la guerre en Ethiopie quand j’avais quinze ans. Je m’occupais de ma soeur et de ma mère car elle est aveugle. Je travaillais dans une ferme voisine en m’occupant des vaches et des champs. Un jour, j’ai reçu mon inscription pour l’armée. Tous ceux que je connais y sont morts, car une fois rentré on n’en sort plus. Je me suis donc enfui. En traversant le desert du Sinaï, je me suis fait arrêter par l’armée égyptienne. J’ai été en prison deux ans puis une année de travaux forcés dans des jardins, pistolet sur la tempe, toute la journée, tous les jours durant une année. J’ai été renvoyé en Érythrée et je suis parti à nouveau.

Je suis arrivé en Israël où j’ai pu travailler Je suis resté trois ans et demi en Israël, travaillant comme jardinier et homme de chambre dans deux hôtels différents. En tant que réfugié, je n’avais aucun droit et ne pouvais rien faire d’autre, ni études, ni grader dans mon travail. Je suis donc parti pour venir en Suisse. Je suis très heureux d’être en Suisse. Pour le moment, ma vie n’est pas idéale, mais je suis patient et j’ai l’impression qu’en Suisse je pourrai être traité d’égal à égal. Mon rêve serait de pouvoir étudier et devenir journaliste politique. C’est quelque chose qui serait inimaginable dans mon pays.

My name is Asmoro, I am 26 years old and I come from Eritrea. I lived in a small town with my mum and my sister. My dad was killed in a war in Ethiopia when I was fifteen. My mum is blind so I was looking after her, working on a farm, looking after cows and tending fields. One day I got my enrolment paper for the army. Everyone I knew died there as they keep you until you die, so I left. While crossing the Sinaï desert I got caught by the Egyptian army. I was in prison for two years, then I was forced to work in gardens with a gun pointed at my head all day, everyday for a year. I got sent back to Eritrea but escaped again. I arrived in Israel and worked in hotels as housekeeper and at gardening.

I stayed for three and a half years in Israel, working as a gardener and housekeeper in two different hotels. As I was a refugee I did not have any rights and couldn’t do anything else. I left, and made my way to Switzerland. I am very happy here. For the moment my condition is not ideal, but I am patient as I feel people will treat me as an equal here. My dream would be to study and become a political journalist. That is something I could never have done in my country.