Ghalib

ghalibJe m’appelle Ghalib, j’ai 20 ans et je viens de Kamischlo en Syrie. J’ai cinq soeurs et un frère, un neveu et deux nièces. J’ai été pâtissier pendant cinq ans puis, quand il y a eu la guerre, j’ai été forcé de m’engager dans l’armée. Je ne pouvais pas m’imaginer tuer des gens et encore moins sous le régime de Bashar al Assad, car je suis kurde et il n’aime pas les Kurdes. Je ne pouvais m’imaginer me battre contre un frère. Je suis parti pour la Turquie où j’ai pu travailler cinq mois dans une pâtisserie. Ensuite je suis parti pour la Grèce, j’ai traversé la Macédoine, la Serbie, la Bulgarie et l’Autriche pour enfin arriver en Suisse.

Cela fait une année que je suis ici. Ma famille me manque terriblement. Mes deux soeurs qui ont des enfants ont aussi pu s’enfuir et aller en Allemagne. Au moins mon neveu et mes deux petites nièces sont sains et saufs. Ma maison a été partiellement bombardée par Daesh, mais mes parents s’en sont sortis. J’aimerais que la guerre s’arrête et pouvoir retourner en Syrie. Je suis constamment triste en pensant à tout ce que j’ai perdu, à ma vie d’avant. Ce n’est pas facile d’imaginer que tout ce que j’ai connu n’est plus là, n’existe plus. C’est dur de savoir que je ne retrouverai jamais ma vie d’avant.

My name is Ghalib, I am 20 years old and I come from Kamischlo in Syria. I have five sisters, one brother, a nephew and two nieces. I was a pastry chef for five years. When the war started I was forced to join the army. I couldn’t imagine myself killing people and even less at Bashar Al Assad’s orders as I am Kurdish and he doesn’t like Kurdish people. I couldn’t imagine fighting my brothers. I left for Turkey where I worked as a pastry chef for five months. After that I crossed to Greece, then to Macedonia, Serbia, Bulgaria, Austria and finally Switzerland.

It has been a year that I have been here. I miss my family terribly. My two sisters who have kids were able to flee to Germany, so at least I know that my nieces and my nephew are safe. My house was partially bombed by Daesh, but my parents were able to get out of it. I would love for the war to stop and to be able to go back to Syria. I am in constant pain for everything that I have lost from my former life. It is not easy to imagine that everything that I have known is not there anymore, is gone. It is hard to think that I will never have my life from before.