Mahdi

mahdi-featuredJe m’appelle Mahdi, j’ai 19 ans et je viens de Bamiyan en Afghanistan. Mon père est mort quand j‘avais deux ans. Nous avons été obligés de quitter l’Afghanistan avec ma mère et mon oncle. Nous sommes allés nous réfugier en Iran, où j’ai grandi. En tant que réfugié en Iran, nous n’avons pas de statut. Je ne pouvais pas aller à l’école mais devais suivre des cours avec d’autres enfants réfugiés. A neuf ans, j’ai dû commencer à travailler dans des usines spécialement conçues pour les enfants. Nous devions travailler vite, sinon ça pouvait mal se passer. Je suis très attaché à l’Afghanistan, même si je n’y ai jamais vécu. Je lis et étudie beaucoup sur mon pays mais me sens apatride. Je vivais comme un esclave en Iran. En tant que réfugié, on n’a aucun droit. Plusieurs managers dans les usines me disaient que c’était dommage que je sois afghan car je ne pouvais pas étudier, que j’aurais certainement été un bon élève si j’avais été iranien. Avec l’accord de ma maman, j’ai décidé de partir, car cela devenait de plus en plus dangereux pour moi de rester en Iran.

Trois jours et nuits pour traverser les montagnes de l’Iran à la Turquie sans dormir, sans manger et sans boire. J’ai attrapé une pneumonie mais j’ai dû continuer. Arrivé en Turquie, j’ai passé une semaine dans une chambre de passeurs, malade. Dès que je pouvais aider d’autres réfugiés, je le faisais. J’ai ensuite pris un bateau pour la Grèce. C’était la première fois que je voyais la mer et son immensité m’inquiétait. Nous étions trop et j’avais entendu que beaucoup de gens se noyaient. En Grèce, j’ai marché quinze heures sans m’arrêter, mes pieds étaient en sang. Arrivés à Athènes, des bénévoles, mais aussi Médecins sans frontières nous ont aidés. Je suis vraiment reconnaissant à MSF, car ils m’ont guéri et le personnel était extrêmement gentil. Nous chantions ensemble Céline Dion, la chanson du Titanic, pour passer le temps ! Jamais je n’oublierai leur visage Maintenant, j’aimerais pouvoir étudier et un jour, aider des gens à mon tour, donner ce que j’ai reçu. Je remercie les Suisses car ils m’ont beaucoup aidé.

My name is Mahdi, I am 19 years old and I come from Bamiyan in Afghanistan. My father died when I was two years old, so we had to flee Afghanistan with my uncle. We went to Iran, where I grew up. As a refugee in Iran we did not have any status. I couldn’t go to school, only lessons for refugee children. At nine years old I started working in a factory specially adapted for children. We had to work fast or we were in trouble. I am bound to Afghanistan, even if I never lived there. I read and study a lot about my country, but I feel I do not belong. I lived like a slave in Iran. A few of the managers I worked for in the factories told me it was a shame I was Afghan as I would be a good student if I was Iranian. With my mum’s blessing, I left Iran because it was becoming too dangerous for me to stay.

It took me three days and nights to cross the mountains from Iran to Turkey, without sleep, food or drink. I caught a pneumonia but had to go on. Once in Turkey I stayed for a week in a passer’s room, bed ridden. As soon as I could help other refugees I would. I took a boat to go to Turkey. It was the first time I saw the sea and its vastness worried me. We were too many and I heard a lot of people drowned crossing. In Greece I walked for fifteen hours without stopping. My feet were bleeding. In Athens, a lot of people helped us – volunteers as well as “Doctors without Borders”. They nursed me back to health and were extremely nice to us. We used to sing together Céline Dion, the song from the movie Titanic, to pass the time ! I’ll never forget their faces ! Now I would love to study and one day help people and give back what I got. I thank the Swiss people because they helped me so much.