Mohammed

mohammedJe m’appelle Mohammed, j’ai 26 ans et je viens d’Irak. J’étais employé de bureau. Quand la situation s’est dégradée en Irak, je me suis engagé dans l’armée afin de combattre le terrorisme. J’étais responsable de la logistique et partais aussi en mission sur le terrain. J’adorais mon travail, aider mon pays à s’en sortir. Mon frère était infirmier dans l’armée, sur le terrain. Nous étions parfois en mission durant plusieurs jours. Plusieurs jours sans pouvoir donner de nouvelles à notre mère. Elle s’inquiétait toujours pour nous. Ne pas savoir si ses fils étaient encore en vie. Après deux ans de cette vie, nous avons réalisé à quel point cela l’affectait, elle a vieilli de dix ans en quelques mois. Ce n’était pas une vie pour elle, mais une fois dans l’armée c’est très difficile de partir et d’abandonner ses frères d’armes et de retourner à une vie normale. Notre seul choix était de quitter le pays. Mon frère avait lu plusieurs livres sur la Suisse, sur ce pays en paix et neutre. Alors nous sommes partis.

Pour le moment ma vie est en attente, c’est comme si j’étais dans les limbes, manger, dormir et attendre… Heureusement que j’ai mon sport, ça m’empêche de devenir fou. J’attends de savoir ce qui va se passer pour moi, je ne prévois rien, je n’ai pas de rêve. Depuis que je dors à l’abri, mon niveau d’oxygène est descendu. Les gens ne réalisent pas à quel point c’est dur de dormir là-bas en-bas… quand c’est possible de dormir, avec le manque d’oxygène. Quand je suis arrivé ici, j’ai été envoyé à Crans et mon frère à Genève. Je ne comprends pas, c’est déjà tellement dur, pourquoi nous séparer ? Au moins maintenant ma mère est heureuse de nous savoir en sécurité. Mais je n’arrive pas à m’y faire, je ne suis pas habitué à ce genre de vie. Je me sens inutile.

My name is Mohammed, I am 26 years old and I come from Iraq. I used to work as an office clerk, but then my country got so bad, I decided to join the army as I wanted to help my country in the fight against terrorism. In the army I was responsible for computer logistics and I also served on the front. I loved my job, I was making a difference. My brother was a doctor in the army. We would sometimes be gone for a few days, not able to contact our mum. She was so worried for us all the time. After two years we realised she was ageing quickly because of our job. It was not good to impose on her that kind of life, but once you are in the army it is very difficult to leave your brothers in arms and go back to a normal life. There is no going back. Our only option was to leave the country. My brother read a lot of books about Switzerland and how it was a peaceful and neutral country, so we decided to come here.

At the moment my life is on hold, it is like I am in a kind of limbo, eating, sleeping, waiting… Just as well I have my running and my sport, it stops me from going crazy. I am just waiting to see what is going to happen to me. I do not make plans, do not dream of the future. Since I am sleeping in the bunker my oxygen level has gone down. People do not realise how hard it is to sleep down underground… if you can sleep at all with the lack of oxygen. When I arrived, I was sent to Crans and my brother to Geneva. I do not understand why they separated us, it is so hard already. At least now my mum is happy, because she knows we are safe. I am just not used to this kind of life, I feel useless.